Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 00:00

  Intitulé  

Loto portrait


Première phase - où l’on recherchera la spontanéité…

On utilise un jeu de cartes « Loto portrait ».
Chacun à tour de rôle tire une carte et réagit par la formulation qui lui vient spontanément à l’esprit. Il convient surtout de réfléchir le moins possible, de laisser jaillir l’idée première… Chacune de ces formulations sera notée par écrit pour être ensuite utilisée dans la rédaction d’un autoportrait en respectant une contrainte expliquée plus loin.


Deuxième phase - où l’on s’appliquera à soigner sa forme (stylistique, bien sûr)

Une fois cette matière réunie, chacun se retrouve avec 14 propositions. L’utilisation des notes se
fait en respectant la structure suivante :

Inducteur : Moi (ou Moi-même) suivi de qui, dont, que, avec, au, à, et… ou d’un qualificatif, d’une apposition…
Procéder à une énumération. Trouver un rythme ; des rimes (pas obligatoire..). A la fin du « poème », rebondir par : Moi, Intel, je…

Exemple d
Moi, avec ma barbe nyctalope
Moi, dont l’ouï s’affaiblit
Moi, au regard de myope
Moi, au front dégarni
Moi, et ma gueule décatie
Moi, que la vie a trahi
Moi, petit homme
Moi-même, Richard, de père inconnu
Issu de vendéens,
Je me fais vieux, dieu que je me fais vieux !
Fin de mes rêves aventuriers
Foin de ma jeunesse turbulente
A moi désormais la vie lente
Et début - qui sait ?- d’une vie agronome
Dans un jardin de retraité
Au fil d’un poème potager…

  Textes références 

L’union libre d’André Breton

Cortège de Guillaume Apollinaire

Blason des fleurs et des fruits de Paul Eluard


À mi-chemin du fruit tendu
Que l’aube entoure de chair jeune
Abandonnée
De lumière indéfinie
La fleur ouvre ses portes d’or
Pomme pleine de frondaisons
Perle morte au temps du désir
Rose pareille au parricide
Descend de la toile du fond
Et tout en flammes s’évapore
Groseille de mendicité
Dahlia moulin foyer du vent
Quetsche taillée dans une valse
Tulipe meurtrie par la lune
Alise veuve de caresses
Colchique veilleuse nacrée
Nèfle castor douce paupière
Pensée immense aux yeux du paon
Marguerite l’écho faiblit
Un sourire accueillant s’effeuille
Noué rouillé comme un falot
Et cahotant comme un éclair
Le coing réserve sa saveur
Goyave clou de la paresse
Muguet l’orgueil du maître pauvre
Prunelle épiant le front du lynx
Tubéreuse agneau des sentiers
Poire le fer de la folie
Anémone carnier d’hiver
Citron porteur de plâtre et d’encre
Narcisse porteur de nuées
Dans le filet des violettes
La fraise adore le soleil
Raisin grenier des politesses
Tour nue et froide jeu hautain
Glycine robe de fumée
OEillet complice de la rue
Châtaigne une foule pillarde
Brise l’émail des sans remords
Digitale cristal soyeux
Lilas lèvres multipliées
Amarante hache repue
Brugnon exilé jusqu’aux ongles
Myrtille cigale invisible
Clochette de poussière intime
Mûre fuyant entre les ronces
Aster tout saupoudré de guêpes
Orange sur un tableau noir
Muraille de l’enfer du blé
Souci la route est achevée
Cytise les joncs se délassent
Jacinthe la rainette rêve
Nigelle le portail s’abat
Chrysanthème cheval brutal
Sauge bague de mousseline
Figue corail d’un faux tombeau
Pêche colonne de rosée
Pavot traîné par des infirmes
Reflet de fête sans repos
Noisette aux ciseaux enfantins
Détachant le gourmand de l’arbre
Iris aux mains de la marée
Passiflore livrée aux hommes
Clématite jeunesse comble
Chèvrefeuille biche au galop
Zinnia bouclier de douleurs
Manteau de plaies manteau d’erreurs
Ananas prêchant l’avalanche
Bruyère mangeant le renard
Qui refuse une proie facile
Et pour le loup souffle dans l’herbe
À menacer le ciel le lis
Use le tain de son miroir
Le sein courbé vers un baiser
Le jasmin se gonfle de lait
Capucine rideau de sable
Bergamotte berceau de miel
Renoncule théâtre blanc
Pamplemousse l’oeil de la cible
Banane le parc à refrains
Résonne de chansons nouvelles
Verveine chevalet fragile
Grenade rocher d’allégresse
Ancolie vierge inanimée
Olive paume de faïence
Cassis inscrit au coeur des jungles
Bouchant de son sang noir leurs veines
Seringa masque de l’aveugle
Écorce de la nuit d’été
Églantine vin du matin
Sapotille ordonnée ardente
Primevère ivresse d’argile
Mandarine métal d’injures
Datura roi honteux d’avoir
Régné sans dire son secret
Argémone ombre déliée
Abricot gerbe de fortune
Orchidée chaîne de désastres
Amande golfe de tendresse
Lavande bonnet du berger
Tempes fines et boucles blondes
Giroflée boussole endormie
Cerise cuve de candeurs
Sur une bouche négligente
Bien passé l’âge de raison
Le phlox sera un gros village
Le trèfle une poule pondeuse
Le pourpier une empreinte obscure
L’aubépine écluse une fugue
La mangue sera une alliance
La datte une pierre soumise
La mirabelle une alouette
Et la framboise une bouée
Pour le destin de l’immortelle
La fleur faite comme une morte
La piètre fleur de perfection
*
Fleurs à l’haleine colorée
Fruits sans détours câlins et purs
Fleurs récitantes passionnées
Fruits confidents de la chaleur
J’ai beau vous unir vous mêler
Aux choses que je sais par coeur
Je vous perds le temps est passé
De penser en dehors des murs.
(Paul Éluard, Le Livre ouvert II, 1
942)

Partager cet article

Repost 0
Published by atelier d'écriture Labège - dans Dispositifs des ateliers 2010
commenter cet article

commentaires