Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 16:54

 atelier du  27 avril (voir le dispositif

  

   Textes de Valérie    

 

 Grand Bonheur  

 Mots sélectionnés :

 Maison, protection, équilibre, deux, chaud, séduction, sac à dos, sanglots, enfant, froid.

Phrase de départ :

Loin du froid et des sanglots, je veux une Protection.  

Texte développé :

Loin du froid des cœurs et des sanglots de l'âme, l'enfant cherche profondément l'équilibre. A la découverte de la vie, avec son sac à dos, il recherche la Maison où il se voit à deux, bien au chaud. Tout en séduction, le voilà parti sur les routes de la vie, et criant "Je veux une Protection ! ".

 

Bonheur quotidien 

Mots sélectionnés :

Sourire, rêverie, vivant, plaisir, gourmande, peau, lit, fleurs, musique, solitude.

Phrase de départ :

Un sourire, un frisson sur la peau, je suis vivant.

Texte développé  :

Un sourire me vient à  l'écoute d'une splendide musique et je pars dans mes rêveries. Le délicieux parfum des fleurs flotte au-dessus de mon lit. Loin de ma solitude légère, je sens le plaisir de retrouver le mouvement de la vie. Après un frisson délicat sur ma peau, je ne résiste pas à être gourmande de tout ce qui se présente. Mon univers est vivant; très fort, je le ressens.

 

Petits bonheurs

Mots sélectionnés :

Bulle, chapeau, photo, sieste, douceur, été, rosée, tarte aux fraises, chagrin, blé.

Phrase de départ :

Pépé fait sa sieste, sous son chapeau ! Elle a l'air tellement belle, sa bulle !

Texte développé :

Pépé fait sa sieste, vite une photo ! Sous son chapeau vieilli, il est entouré d'une douceur perceptible. Ils sont tellement loin, ses chagrins, elle a l'air tellement belle, sa bulle ! Il est venu s'installer là, tranquillement, juste après la petite rosée, pendant que la tarte aux fraises refroidissait sur le rebord de la fenêtre. Un peu plus tard, dans cette journée d'été suspendue, les blés onduleraient sous le soleil ardent.

 

  Textes d'Ariane   

 Grand bonheur

Quand les larmes coulent sur mon visage et qu'après il neige cela me redonne de la joie et je m'épanouis avec mes frissons les plus rares. Je pleure de joie. L'amour règne dans la maison  

Bonheur quotidien

Quand je vais a une fête avec mes amies j'ai le cœur qui bat très fort et je fais plein de découvertes comme l'alcool, les bisous partout mais ce que je préfère c'est quand je rentre sous la pluie avec tous ces rêves plein la tête.

Petit bonheur 

Ce que j'aime bien à  la plage, c'est voir le chat au soleil et le plaisir de faire des jeux, le délice des petites pauses et surtout les cadeaux,

                                                                                                                     

  Textes de Caroline 

Petits  bonheurs  

Boire les après-midi d'été  et accueillir la pluie le soir sur ma peau, c'est délicieux. Je revois alors des amis vieux de dix ans et cela me fait drôle. Tu aimes cuire des brochettes au barbecue et je te regarde faire. Le dimanche, on fera la sieste tous les deux dans le lit. La chantilly faite à la main, c'est si bon mais je n'ai jamais su la faire bien. Tant pis. Je referai une tarte aux fruits. S'être rencontrés, c'était improbable.

Bonheur quotidien

Je te fais un bisou, tu me souris. Comment toucher ton cœur ? Ton adolescence est une jolie fleur qui joue de la guitare. Préparer du chocolat chaud pour toute la famille quand il fait si froid dehors.

J'aime la douceur sucrée de nos liens.

Grand bonheur

Il est rare ce frisson de joie. La maternité si peu de temps dans une vie. J'aime la rêverie d'un enfant, la sérénité des pigments dans l'aquarelle, le soleil pétillant dans notre maison.

 

Textes de Cathy

Grand bonheur

La vie et les rencontres ne devraient être qu'une succession d'amour et de douceur. Un bébé qu'on câline, un moment de cocooning avec son enfant, de belles découvertes, notre côté créatif qui s'exprime : ne sommes-nous pas dans le grand bonheur ?

Bonheur quotidien

Les bisous inconditionnels de son chat dans le cou épanouissent son sourire et ravivent sa gaîté. Dieu merci il n'est pas le seul à lui procurer ce plaisir. Les bisous d'Aymeric renforcent sa joie, leur complicité et la rendent belles.

 

Petits bonheurs

Cet après-midi de printemps, se levant de sa sieste, Eléonore observe le ciel et n'aspire qu''à une chose un bol de chocolat bien sucré devant la cheminée. Elle ira ensuite ramasser des fleurs éphémères pour préparer de délicieuses tisanes.

 

 Atelier du 11 mai (voir le dispositif)

 

Texte de Valérie

Exercice n° 1 : Logo-rallye 

Mots sélectionnés et ordre d'utilisation à respecter :

1/ pérenniser, 2/ masque, 3/ anniversaire, 4/ complicité, 5/ affection, 6/ vache, 7/ pomme. 


 

Texte  produit :  Georges venait de vivre un moment exceptionnel. Il avait réuni ses amis d'enfance autour d'un projet qu'il avait bien l'intention de pérenniser. Caché derrière son masque discret de grand organisateur, il avait pris en main tous les détails de cette soirée d'anniversaire.

Entouré de ses proches avec qui il nouait une complicité infinie, il avait manifesté  une affection toute particulière

pour ses vieux copains. Les quelques épisodes gardés en mémoire qui relataient les rares faits et gestes d'une ou deux peaux de vache ne gâchaient en rien le moment partagé tant attendu !

Georges se sentait comme vivant en suspens dans cet instant magique, telle une pomme accrochée à sa branche attendant qu'on vienne la cueillir en guise de signe qui arrêterait le temps… 

 

Exercice n° 2 : lipogramme

 

Lettre interdite : E

 

Texte produit :

Armand suivait un fil qu'il souhaitait infini. Il aimait voir loin. Amis, tous autour du gourou ! Grands instants palpitants pour copains d'avant. Voilà vingt ans passant ! Voilà un Armand aujourd'hui grisonnant, mais vivant !

 

Texte de Nathalie  

Exercice n° 1 : Logo-rallye 

 Mots sélectionnés et ordre d'utilisation à respecter :

  1. Peau      2.Fruits    3.Le froid      4.Chantilly      5.Tintin        6.Bonheur      7.Chapeau

 

Comme une peau de chagrin, les fruits se réduisaient ! Il est vrai qu’avec le froid, on avait plus besoin  de vitamine C que de crème Chantilly !

On avait tous suivi Tintin au Tibet mais maintenant il nous en coûtait. Qu’allions nous devenir, perdus dans les montagnes, congelés dans la glace ! Notre dernière heure semblait proche.

Soudain, l’un des nôtres, encore un peu gaillard, s’écria à la manière d’un marin perdu en mer : « Dalaï-Lama, Dalaï-Lama ». En effet, à notre grand bonheur, apparaissait au loin une petite tâche orange.

Le Dalaï-Lama, bravant les Chinois, venait, tel le Messie, nous sauvait du Yéti. Ce petit homme à  lunettes portant chapeau, que dis-je, portant chapka, arriva près de nous.

Et c’est dans un élan plein de ferveur polaire que nous nous convertîmes tous en chœur au Bouddhisme.

 

Le lipogramme (Sans la lettre A)

Tintin file vers le Tibet et nous plus vite encore que lui.

Comme une couenne de peine, notre réserve de nourriture se réduit ! Le froid bouffe les forces encore plus qu’une crème fouettée. Notre dernière heure semble proche.

L’un des nôtres, un peu moins mort que le reste de l’équipe s’écrie subitement : « Le chef du Tibet libre, le chef du Tibet libre ». En effet, pour notre bonheur, surgit une petite boule de couleur rouge et soleil mêlée. Le chef du Tibet libre vient tel le Messie, nous délivrer du Yéti. Cet homme en lunettes et couvre-chef russe surgit près de nous.

Le Bouddhisme vient de trouver de récents convertis remplis de ferveur et sûrement gelés ! ! !

 

Texte d'Olga  

Exercice n° 1 : Logo-rallye 

Mots sélectionnés et ordre d'utilisation à respecter :


Guitare, liberté, tisane, chocolat, anniversaire, affection, bonheur
 
Guitare gitane remplissait la salle des fêtes, en faisant danser et vibrer, non seulement les murs, mais aussi les participants. La musique enflammait le public de la soirée russe, organisée dans le village. Les gens se mélangeaient, les un venus par curiosité, d’autre parce qu’ils n’avaient rien prévus pour la soirée. Au départ pudique, ils retrouvaient tous peu à peu leur liberté. Il faut dire qu’ils n’ont pas bu que de la tisane ce soir-là. Déjà à partir de quelques goutes vodka enlève toute sorte de gêne. Elle réuni. On s’embrasse et on s’enlace, en se laissant importer par la mélodie.
Au cours de la soirée une jolie boite du bon chocolat suisse a été offerte à un des guitaristes. C’était le jour de son anniversaire. Il avait l’air heureux. Il montrait beaucoup d’affection pour sa troupe. Bonheur simple se devinait sur son visage. Comme si au travers son instrument il accédait au paradis.
« le même » texte, sans la lettre « u »
Trois violents gitans remplissaient ce soir la salle des fêtes. Ils faisaient danser et vibrer. La soirée slave, organisée dans le village, était complète. Cette mélodie étrange avait attirée des gens différents. La soirée arrosée de vodka enlevait la gêne des participants. Ils embrassaient, ils enlaçaient. Boite de chocolat. Offerte à la personne. Anniversaire. Image faible. Visage de joie. Les gens montraient de l’affection ce soir là. A travers la chanson, on accédait à la légèreté. La simplicité rayonnait de la scène, en envahissant la salle. On transpirait innocence. Ce soir là, l’âme était slave. La joie sans limite.
 
 
La guitare est un des instruments que jouait mon père. Accordéon aussi. Avec beaucoup d’aisance. Plaisir. Il fondait avec son instrument, en devenant un. Il animait souvent des soirées. Mariage, anniversaire… Mon père était très doué. Non seulement pour la musique. Avec beaucoup de liberté il touchait à tout. Photographie, écriture, bricolage…
J’ai des souvenirs lointain et flou de papa. La vie nous a séparait tôt. Trop tôt pour moi. J’étais petite et j’aurais voulu partager plus avec cette homme, pleine de richesse. Sensibilité.
Le soir, la tisane dans la main, j’aime penser à lui. La nostalgie. Je sors le chocolat. Je mange un carré et puis un autre. Je rêve, je songe. Je me rapproche de lui. Je pense à son anniversaire. Bientôt. Aimerait-il aussi un carré et puis un autre. Une boite ? Une plaquette de Lindt ?
Je ressens de l’affection pour papa. Reconnaissance. Derrière la nostalgie et tous les bons souvenirs. Bonheur. Je le ressens. Il est doux.
Je t’aime papa.
 
« le même » texte, sans la lettre « u »
Papa adorait le violent. Accordéon. Ses doigts se promenaient avec vitesse incroyable. Artiste. Animation. Soirées, mariages, anniversaires. Il était très habile de ses mains. Jolies photos, bricolage, lettres… je pense à toi.
Papa, sensible, riche. Je pense à toi, avec la tisane dans ma main. Le soir et le matin. Toi. Moi. La nostalgie. Chocolat. Je rêve, je songe. Je me rapproche, je voyage. Ton anniversaire. Bientôt. Je t’offre Lindt. Je ressens de l’affection. Derrière la nostalgie…
Reconnaissance. Mémoire. Plaisir. Toi.
Je te vois.
Je t’aime, papa.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by atelier d'écriture Labège - dans Atelier ALPHABET hors cycle DIRILCI
commenter cet article

commentaires