Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 13:44

Haïkus de rêves

 

Durant cet atelier, nous allons travailler à partir des rêves que vous aurez notés préalablement. Notre but sera de réduire ces notations à des haïkus.

 

Forme poétique courte, le haïku se compose de trois phrases de 5, 7, 5 syllabes (en français), soit une seule ligne en japonais. Il ne comporte pas de rimes. A travers un haïku, le poète ne cherche pas à exprimer, ni à émouvoir, ni à décrire et encore moi à commenter. Il s’agit juste, selon Basho, maître du genre au XVIIe, de « dire simplement ce qui arrive en tel lieu, a tel moment », de saisir l’éphémère d’un instant. Le haïku est un instantanée de petites choses vues ou vécues, de celles que l’on ne remarque pas, banales, voire communes. Il est léger, empreint de délicatesse et produit un effet d’enchantement ou bien de comique. Il met en évidence un détail qui résume le tout et lui donne de la profondeur. Il doit pouvoir être lu en une seule respiration. La syntaxe en est simple, parfois distordue, provoquant un effet d’étrangeté, de singularité, de résonance intérieure… L’emploi d’articles - inexistants en japonais - doit être limité, tout comme l’emploi de verbe, les métaphores, les qualificatifs, les adverbes.

 

Le haïku décrit indifféremment une, deux ou trois images disposées dans un ordre choisi selon l’effet escompté.  Soit :

- Deux ou trois tableaux « parallèles » qui se complètent et se renforcent mutuellement

- Deux images mises en comparaison  par l’ajout d’une troisième

- Deux images qui s’opposent à la lecture de la troisième

- Deux images juxtaposées mais réunies par la troisième.

 

Selon Roland Barthes, « Le haïku s’enroule sur lui-même, le sillage du signe qui semble avoir été tracé s’efface : rien n’a été acquis, la pierre du mot a été jetée pour rien : ni vagues, ni coulée de sens. »

 

   Choix de haïkus  

 

L’éclair

Déchirant la nuit

Le cri du héron

Basho

 

Petit trou dans la neige

J’ai pissé

Devant la porte

Issa

 

Cette limonade

sans bulles –

Voilà ma vie

Sumitaku Kenshin

Dans le givre du matin

Les chats

Avancent lentement

Jack Kerouac

 

 

La méthode

 

En préliminaire, lecture d’un choix de haïkus à haute voix.


   Première phase de l'atelier   

Avant de produire des haïkus à partir des notations de nos rêves personnels, nous allons nous exercer à partir de textes que j’aurai fournis (chansons et poèmes).

La méthode que je propose : repérer dans le texte le mot-saison Kigo (voir ci-dessous pour définition) – nous pourrions dire un mot-charnière ; ensuite, précéder par retranchements pour ne garder que ce qui paraît nécessaire à l’écriture du haïku.

 

Exemples

 

Pendant la nuit, de Pierre Reverdy, in Sources du vent

 

L’horizon est plein de lampes

Théâtre clair

la danse

l’étoile au bout du fil

le poids trop lourd

Le long de la route l’orage court

On sort

On dort

La peur glisse dans le décor

La nuit pousse un soupir et meurt

Contre la glace au fond du lit

La lune me regarde et rit

Le ciel noir devient plus petit

Les ailes frôlent sur le toit

Le vent s’est arrêté plus bas

On n’a cependant rien fait

On n’a rien dit

Les rideaux sont refermés

Les paupières défont leurs plis

Et voilà l’abeille du sommeil

Au bout de l’ombrelle

 

Haïku tiré de ce poème

 

Horizon trop noir

La lune soupire et meurt

J'ai peur du sommeil

 

Rêves, d’André Breton, in Clair de terre

 

 Je passe le soir dans une rue déserte du quartier des Grands-Augustins quand mon attention est arrêtée par un écriteau au-dessus de la porte d’une maison. Cet écriteau c’est : «ABRI » OU « A LOUER », en tout cas quelque chose qui n’a plus cours. Intrigué j’entre et je m’enfonce dans un couloir extrêmement sombre.

 Un personnage, qui fait dans la suite du rêve figure de génie, vient à ma rencontre et me guide à travers un escalier que nous descendons tous deux et qui est très long.

Ce personnage, je l’ai déjà vu. C’est un homme qui s’est occupé autrefois de me trouver une situation.

 Aux murs de l’escalier je remarque un certain nombre de reliefs bizarres, que je suis amené à examiner de près, mon guide ne m’adressant pas la parole.

 Il s’agit de moulages en plâtre, plus exactement: de moulages de moustaches considérablement grossies.

 Voici, entre autres, les moustaches de Baudelaire, de Germain Nouveau et de Barbey d’Aurevilly. Le génie me quitte sur la dernière marche et je me trouve dans une sorte de vaste hall divisé en trois parties.

Dans la première salle, de beaucoup la plus petite, où pénètre seulement le jour d’un soupirail incompréhensible, un jeune homme est assis à une table et compose des poèmes. Tout autour de lui, sur la table et par terre, sont répandus à profusion des manuscrits extrêmement sales. Ce jeune homme ne m’est pas inconnu, c’est M. Georges Gabory.

La pièce voisine, elle aussi plus que sommairement meublée, est un peu mieux éclairée, quoique d’une façon tout à fait insuffisante.

Dans la même attitude que le premier personnage, mais m’inspirant, par contre, une sympathie réelle, je distingue M. Pierre Reverdy. Ni l’un ni l’autre n’a paru me voir, et c’est seulement après m’être arrêté tristement derrière eux que je pénètre dans la troisième pièce. Celle-ci est de beaucoup la plus grande, et les objets s’y trouvent un peu mieux en valeur : un fauteuil inoccupé devant la table parait m’être destiné ; je prends place devant le papier immaculé. J’obéis à la suggestion et me mets en devoir de composer des poèmes. Mais, tout en m’abandonnant à la spontanéité la plus grande, je n’arrive à écrire sur le premier feuillet que ces mots : La lumière…

Celui-ci aussitôt déchiré, sur le second feuillet : La lumière… et sur le troisième feuillet : La lumière…

 

Haïku produit à partir de ce texte

 

Dans une salle sombre

Papier immaculé sur la table

Et ce mot écrit : Lumière

 

   Deuxième phase de l'atelier  

 

Chacun aura choisi un des rêves qu’il a notés. Il le lira à haute voix.

Ensuite, procéder de la même façon que précédemment, par retranchement, pour reduire ce texte à un haïku.

Lecture à haute voix du poème produit.

 

   Textes de référence  

 

Préface au Livre des rêves de Jack Kerouac

 

Ce livre n’est qu’une collection de rêves hâtivement transcrits à mon réveil - tous ont été écrits spontanément, d’une seule coulée, comme dans les rêves, parfois avant même d’être tout à fait réveillé - les personnages que j’ai décrits dans mes romans réapparaissent dans ces rêves, en d’étranges situations oniriques et ils se prolongent indéfiniment dans mes récits. Les héros de « Sur la route », « les Souterrains », etc., sont ici de retour et vivent des aventures encore plus singulières, car l’imagination ne désarme jamais, l’esprit vibre, la lune se couche, et tout le monde se cache la tête sous les oreillers avec un bonnet de nuit.

C’est bien car chacun de nous rêve, la nuit, et cela crée une solidarité humaine, voire tacite et cela prouve aussi que le monde est réellement transcendant, ce que les communistes refusent d’admettre car ils croient que leurs rêves sont des « irréalités » et non des visions tirées de leur sommeil.

Je dédie donc ce livre de rêves aux roses de ceux qui vont naître.

 

Sur le haïku

 

Basho, l’un des maîtres du genre, a fixé des règles strictes et précises pour la composition du haïku : le rythme 5-7-5, les kiréji (mots de césure qui, en japonais, ponctuent chaque groupe de syllabes comme un arrêt sur image, la présence indispensable du mot-saison (kigo). On lui doit aussi la définition des principes qui ont gouverné le haïku tout au long de son histoire : sincérité, légèreté, objectivité, tendresse à l’endroit des créatures vivantes, mais aussi simplicité, sérénité, solitude, et beauté dépouillée en accord avec la nature, et enfin – élément primordial qui sous-tend toute la philosophie du genre – juste équilibre en le principe d’éternité et l’irruption d’une événement éphémère ou trivial.

 

Floraison spontanée d’une évidence, le haïku se découpe d’ordinaire sur la toile de fond d’un  mot-saison (kigo). Ce mot-clé marque l’importance que les Japonais accordent aux circonstance, toujours uniques, dues à un lien prédestiné qui unir les êtres et les choses. […] Le haïku s’offre toujours comme une salutation (aisatsu), un hommage au moment présent.

En contrepoint à l’émotion fugitive du haïku, le kigo marque le durable de l’univers. On compte ainsi […] quelques milliers d’expressions ou mots-saisons, à partir desquels les haïkistes façonnent leurs poèmes. Ces recueils, ces glossaires répertorient tout les mots exprimant l’essence – le « parfum » - de la saison et les classent selon plusieurs catégories évocatrices : les moments de la saison, les phénomènes du ciel, le paysage, les activités humaines, la faune et la flore.

Volonté d’ordonnancement du monde, souci d’exactitude esthétique, qui apparaissent comme une constante spécifique, intime du génie japonais. Comme s’il fallait un moment précis pour chaque chose, chaque geste, pour chaque pensée. Pour aiguiser la sensation, affiner le regard, ajuster la perception.

 

Extrait de Anthologie du poème court japonais,

par Corinne Atlan et Zéno Bianu,

Poésies / Gallimard

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by atelier d'écriture Labège - dans Dispositifs des ateliers 2010
commenter cet article

commentaires